mon quartier le Longdoz - mon quartier le Longdoz - mon quartier le Longdoz - mon quartier le Longdoz

Bienvenue !

Actualisé le 17 octobre 2018

Plan du site et navigation, c'est ici
Les Actualités
Les Comités de quartier ont leur charte Fruit d'un long travail de collaboration entre les autorités liégeoises, les fonctionnaires accompagnant le processus de participation et des délégués de ces comités, elle définit clairement le rôle qu'ils peuvent et doivent jouer dans la gestion de la Ville, sans toutefois leur accorder une quelconque exclusive de représentation citoyenne.
Texte complet de la charte ici
Ca circule mal dans le quartier

Des aménagements ont eu lieu à la jonction du quai de la Boverie et de la place du Parc : installation d'un feu pour piétons, d'un autre feu pour les véhicules venant de la rue du Parc mais aussi suppression du feu à la demande et du passage piétons qui barraient le pont des Vennes, juste après le carrefour des voies allant à gauche vers la Médiacité, tout droit vers le Boulevard de l'automobile et à droite vers le quai Mativa.

On peut comprendre qu'il soit difficile d'imposer deux feux successifs pour le trafic venant de l'autre rive mais la situation actuelle est une véritable incitation à la prise de risques.

Beaucoup de piétons arrivent de la Médiacité, longeant la Dérivation - un tracé qui a été aménagé exprès, avec des feux modernes et un cheminement pavé - et arrivés à proximité du pont des Vennes ... plus rien ! Pour poursuivre leur route tout droit, ils sont censés traverser la Dérivation, attendre un premier feu vert pour les véhicules venant du quai de la Boverie, se retrouver devant le second feu, perpendiculaire et donc forcément non synchronisé, pour les véhicules venant de la rue du Parc, reprendre le pont des Vennes sur l'autre trottoir et enfin atteindre le quai Mativa.

On ne compte plus les familles qui traversent en courant à l'emplacement de l'ancien passage, avec force sacs de Primark et Zara, poussettes et petites jambes y compris !
Pour les cyclistes, c'est tout aussi dissuasif ou dangereux.

Il faut trouver une autre solution, et rapidement avant qu'un piéton ne se fasse faucher, certes dans son tort mais quand même...

-------------------------------------------

La vitesse, sans doute, a de nouveau entraîné des dégats
au pont de Huy !

On se souvient de la démolition d'une partie de la balustrade à l'angle du quai Orban et de la rue Armand Stouls à l'automne dernier. Pendant plusieurs semaines, la seule protection piétonne résida dans des barrières nadar et des bandelettes de plastique.
Rebelote mais de l'autre côté - sur le quai de la Boverie cette fois dans le tournant allant vers le pont des Vennes : démolition de la balustrade, mise en place de barrières nadar et bandelettes de plastique. la seule chose qu'on ignore, c'est le temps qu'il faudra pour réparer le bastinguage !
En début d'année, une réunion rassemblant les représentants de toutes les parties concernées : Ville de Liège, SPW Liège (ex MET), police de la circulation et CdQ) nous avait permis d'évoquer notamment les problèmes spécifiques aux ponts et la proposition de mettre en place un radar double fonction, contrôlant la vitesse et flashant semblait être une vraie solution; mais à ce jour rien n'a encore été fait. Il est vrai que comme le montre la participation à cette réunion, rien n'est plus compliqué que d'attribuer les responsabilités et de mobiliser les services compétents.
Par ailleurs, nos plaintes concernant le danger des quais, la vitesse excessive, le peu de respect de la signalisation aux responsables de la circulation, la présence de nombreux poids lourds en principe interdits pour la seule traversée de Liège, sont souvent minimisées. Meuh non, les contrôles ponctuels ne constatent pas tant d'infractions, meuh non, on ne roule pas si vite, meuh non il n'y a pas tant de poids lourds ...
Pourtant ce que je constate, c'est que dans les deux cas, en moins d'une année, un véhicule a percuté la balustrade du pont avec suffisamment de force pour l'emporter et que chaque fois, on était à moins de 2 mètres du passage pour piétons .
Circulez, y a pas de danger, vous avez dit ?

Soirées-jeux mensuelles
au Beau Mur,
rue du Beau Mur, 48
à la Bonne Femme

Pour infos
unpassurlecote@yahoo.fr
Un chapitre permet d'actualiser le livre sur le Longdoz. Après une petite promenade rue de Mulhouse et environs au sortir de la guerre, nous partons à la Boverie, grâce aux Philippart de Foy, mère et fils, anciens habitants du quartier, et retrouvons des vues d'avant les grands chantiers et autres voies rapides.
Dans la rue de Mulhouse, un fleuron du quartier dans les domaines de pointe autour des médias, le Pôle Image, nous informe régulièrement de ses activités. Un petit tour à faire: http://www.lepole.be/actualite.php
- l'asbl d'éducation permanente "le Beau Mur" http://www.beaumur.org/ installé à la limite des quartiers Bonne-Femme, Longdoz et de Grivegnée, organise de nombreuses activités. S'y trouve le siège social de La Bourrache, http://www.labourrache.org/, une entreprise de formation par le travail spécialisée dans l'apprentissage du jardinage et du maraîchage bio. Que du coup, on peut s'y procurer son petit panier de fruits/légumes tout aussi bios en s'inscrivant à leur GAC (groupement d'achat collectif).
Allez faire un tour sur leur nouveau site !

-----------------------------------------------------------------------

Pour répondre à la demande toujours plus importante, le Repair Café recherche constamment des bénévoles.
Qui peut devenir bénévole ? TOUT le MONDE qui a envie de donner un peu de temps et de partager son expérience.
Qui ne connaît un(e) ami(e), un(e) voisin(e) qui aime la couture, l’informatique, qui aime bricoler, ou simplement papoter et qui souhaiterait partager ses connaissances, sa passion en donnant un peu de son temps dans une ambiance ludique et gratifiante.
Envie de rejoindre l’équipe ? N’hésitez pas à les contacter au : 0475/79.58.94 ou ou sur leur page Facebook : Repair Café de la Grivegnée. https://m.facebook.com/repaircafegrivegnee/

Le prochain Repair Café aura lieu
le dimanche 11 novembre 2018 de 13h à 17h

Qu'ont en commun une chaise au pied branlant, un grille-pain qui ne marche plus, d'un pull visité par les mites ?

De pouvoir encore être rénové/réparé/ rajeuni ...
Cette transformation, c'est ce qui se passe au repair café !

On vous y attend, comme visiteur, déposeur mais aussi réparateur !

--------------------------------------------------------------

On est reparti au printemps avec les bacs potagers du projet des
Incroyables comestibles
en collaboration avec le Monde des Possibles et
notre vaillante membre du Comité, Madeleine Dupont, résidente de la MRS jouxtant l'assiette du chemin de fer qui a nettoyé ses outils et sans hésiter est redevenue la jardinière-gardienne au quotidien de ce bel espace de partage, de rencontre et de ... légumes !

On soulignera que tout a été respecté et qu'aucun vandalisme n'est à déplorer ! Comme quoi, la personnalisation des contacts, l'explication des objectifs, la présentation de la méthode et l'incitation à la participation des personnes fréquentant la plaine de jeux ont eu des effets hyper-positifs dont on doit se réjouir et dont il faut remercier notre vestale déjà mentionnée ci-dessus.

Et voici ci-dessous les images du travail effectué ce printemps pour relancer le potager : plantation et rafraîchissement ce 30 mai au soleil !
Mais la canicule est passée par là, les vacances ou maladies de ceux qui accompagnaient le projet et seulement deux bacs furent remplis de terre, qui se fondirent en un seul réellement garni.

Plus tout ce qu’on pourra ajouter, avec vous..

En 10 ans, le quartier
a bien changé.

Il s'est grandement amélioré, diront certains, la qualité de vie s'y est dégradée, constateront d'autres. Il a en tout cas accueilli une population encore plus nombreuse qu'avant, 20.000 habitants environ pour 14.000 il y a une vingtaine d'années et le grand projet commercial qui s'y est ouvert lui a aussi donné une visibilité beaucoup plus grande, qui dépasse la ville et même les frontières.
C'est autour de cette vie - des évènements médiatisés à la concrétisation discrète mais chaleureuse de projets solidaires - que se construit et se partage
"Mon quartier Le Longdoz".

Bonne promenade

et au plaisir de lire vos réactions.

Vous venez d'atterrir sur le site perso
du quartier du Longdoz et de la Boverie à Liège

Créé il y a une petite dizaine d'années, le site a connu divers avatars informatiques qui l'ont contraint à des transhumances impromptues dans une quête d'un meilleur hébergement.
C'est pourquoi j 'ai décidé de nous installer, j'espère pour de longues et paisibles années, chez OVH et de continuer la passionnante aventure qui consiste à partager avec mes visiteurs l'histoire et l'actualité de mon quartier.

Un site POUR QUOI ?

Historienne, en charge des cours d'Histoire sociale et de Sciences politiques dans le Supérieur, j'ai d'abord imaginé ce site pour mes étudiants dont la Haute Ecole est installée au coeur du Longdoz. C'était une manière concrète de les intéresser à l'origine et à l'évolution de leur environnement, d'apprendre à en analyser les traces, d'en comprendre les métamorphoses. Un projet d'autant plus d'actualité que l'on vivait en direct l'élaboration du projet "Médiacité", avec ses rebondissements multiples et ses enjeux variés.
Je me suis prise au jeu de l'Hier, en développant la partie consacrée au Longdoz d'autrefois au gré des photos et cartes postales que je découvrais et au Longdoz d'Aujourd'hui, lorsque grues et machines de chantier ont envahi mes horizons et mon trottoir .
Aujourd'hui retraitée, j'ai choisi d'élargir ma part d'investissement dans différents volontariats, dont le Comité de Quartier, ce qui justifie encore plus la tenue régulière de ce média en ligne.

Un site PERSONNEL, cela signifie quoi ?

Même si je suis donc un membre actif du Comité, les opinions, les critiques, les commentaires et les contre-propositions que j'y dépose sont d'abord miens; ils ne représentent pas l'avis officiel du Comité, qui se doit de porter auprès des autorités les diverses sensibilités des habitants.
Cela ne m'empêche pas de relayer fidèlement les activités organisées ou soutenues par l'Association pour la Promotion du Longdoz, de mettre en ligne les rapports et d'en annoncer les réunions.

Mais j'entends conserver ma liberté de paroles, mes problèmes ou ceux de mes voisins n'étant pas toujours ceux de l'ensemble du Longdoz, même si je m'efforce d'éviter au maximum la position du NIMBY.
Lorsque ma colère, mon étonnement ou mon incompréhension s'exprime, j'essaie d'être porteuse d'un enjeu citoyen, pour faire entendre les voix des moins en vue, de ceux qui ne possèdent pas d'outils d'analyse ou d'expression contre les pouvoirs d'argent ou d'influence, pour dénoncer l'estompement des normes ou les déviations partisanes de certaines décisions politiques, pour alimenter les échos du terrain chez ceux qui nous représentent, pour nous réjouir aussi lorsque, grâce à leur appui, un projet a pu être mené à bien ou qu'un tracas a trouvé solution.

Pas de poujadisme ni, j'espère, d'égoïsme, mais le souci de faire entendre une voix curieuse et stimulante.

Le Longdoz dont je rêve, convivial, coloré, chaleureux.
Chacun y a sa place, chacun s'y sent chez soi.
Mais parce qu'on l'aime et qu'on y est bien, chacun en prend soin.

Les réunions du Comité de Quartier ont lieu
tous les 3èmes mardis du mois au
Collège St Louis, rue A.Magis 20

Chacune, chacun y est le bienvenu, sans aucune formalité préalable!
Vous trouverez sur cette page les rapports de nos séances.

Si vous avez des remarques, questions, .... concernant la vie dans le quartier, les problèmes rencontrés mais aussi les bonnes idées, dites-les nous à quartier.longdozboverie@gmail.com.

Prochaine réunion le mardi 16 octobre 2018 à 19h30

Ordre du jour

- approbation de l'ordre du jour

- petit-déjeuner Oxfam du 18 novembre, thème, préparation

- rencontre avec M.N.BODELET, fleet manager de Cambio Wallonie

- Espace vert rue Lairesse (voir plus bas pour l'inauguration) : réflexion quant à la méthodologie à suivre concernant la concertation pour l'aménagement définitif de l'espace (ancien site Palmolive)

- prochaines réunions - correspondances et communications - divers - tour de table

Pas mal d'activités dans le quartier cet été !

En juillet, durant deux journées, les 11 et 12 juillet "ça a bougé" au Longdoz - sur le chemin bétonné de l'assiette du chemin de fer - grâce à Muriel Geurts, le service d'animation et de développement local et de nombreuses associations.
Ce fut l'occasion de rencontres, de rires partagés et de découvertes entre petits et grands, d'ici et d'ailleurs.
Une grande réussite, énormément de monde (plusieurs centaines de personnes) pour participer aux activités proposées où tout était gratuit: un grand dessin collectif réalisé à la craie, un spectacle de théâtre de marionnettes, une séance d'aérobic, des bricolages, la redécouverte de jeux anciens, etc.
Le Comité avait apporté sa contribution en faisant des crèpes, des biscuits, des cakes qui furent tous dévorés
A recommencer sans hésitation, avec plus de publicité à afficher et distribuer !

Comme à Pâques, une rue a été dédiée aux enfants durant quinze jours: il s'agissait cette fois de la rue Fisen que des barrières nadar protégeaient des incursions des automobiles; l'expression est peu nuancée, car en fait, ce raccourci manquait à certains qui n'hésitaient pas à descendre de leur véhicule, à replier la barrière vers le trottoir et à repartir en le laissant tel quel ...
D'autre part, quelques familles avec enfants étaient parties en vacances et donc la liberté fut peu utilisée.
Toutefois, il faut répéter l'expérience si on veut changer les mentalités et faire comprendre que la rue est un territoire qui doit être pacifiquement partagé et pas le royaume des seuls véhicules.

L'aménagement des premiers bacs-potagers , dans le cadre des Incroyables Comestibles et avec Le Monde des Possibles, installés le long de l'assiette du chemin de fer s'est bien passée à la fin du printemps, comme on le lit dans la colonne de gauche.
Malheureusement, et cela démontre la fragilité de ce type de projets, l'absence d'un seul "porteur" a stoppé les aménagements - seuls 2 bacs ont été remplis de terre et ont reçu des plantes. Les autres sont restés vides et abandonnés. Par ailleurs, la canicule a joué aussi un rôle dans la difficulté à tenir en forme ces essais de verdurisation et une fois de plus, c'est Madeleine Dupont, notre main verte patentée, qui s'est coltinée quotidiennement ou quasi un caddie avec des bouteilles d'eau pour au moins sauver un bac.
La situation est encore pire pour les bacs de la place Baugnet qui, s'ils ont reçu à un moment des plantations (?) sont actuellement totalement à l'abandon.

Nous avons participé à Retrouvailles, dans le parc de la Boverie le 1er WE de septembre; nous y étions le dernier Comité de quartier à occuper un stand à lui tout seul. Peut-être l'idée qui a germé de faire un plus grand stand dédié à la Coordination des Comités, jouissant d'une meilleure visibilité et d'opportunités à créer des collaborations (et permettant de faire peut-être l'économie d'une location solitaire ? ) serait à creuser pour l'an prochain. Comme chaque année, nous avons rencontré des habitants ou des riverains du quartier. Comme d'habitude, les questions de mobilité, de propreté, d'aménagement ont été au coeur des échanges, comme elles sont au coeur des préoccupations des votants de dimanche prochain !

Pour tout savoir, un endroit bien à jour et richement illustré :
la vitrine dédiée au Comité de quartier rue Grétry, à côté du fleuriste Chapelier. Lou Pipers la secrétaire et photographe du bureau du CdQ alimente à chaque évènement les panneaux qui permettent ainsi de se rendre compte que le Longdoz, ce n'est pas que la Médiacité, même si des collaborations ou des échanges fructueux avec le centre commercial ont lieu.

"Identité de quartier",
un processus de dynamisation et de développement commerciaux qui,
après une démarche collective et participative, a donné ceci

Le mot de l'éditrice "responsable"

Mardi 19 juin, nous avons donc reçu les deux échevins, Mme Maggy Yerna et Jean-Pierre Hupkens, ce dernier responsable de l'achat par la Ville de la friche Palmolive. Ils avaient amené avec eux Pierre Fontaine, urbaniste aménageur. C'est lui qui présenta le PPT exposant l'historique de cette acquisition et les procédures prévues pour son aménagement.
Ce n'est ni un coup de tête ni une décision opportuniste vu les élections communales d'octobre mais bien une étape importante d'un cheminement déjà long.
En effet, tout a commencé par la volonté de disposer d'un plan global de redéploiement des espaces publics de qualité sur l'ensemble de son territoire. La réflexion fut menée par le département de l'Urbanisme et de l'Aménagement du territoire en collaboration avec le département des Travaux, en s'appuyant notamment sur le partenariat conclu avec l'ULiège (Via Liège-LABVILLE).
Cette ambition, fixée en point de mire de nos autorités, a été baptisée PEP's, càd Prospective Espaces Publics On a donc commencé une grande observation et analyse pour détecter de combien de terres accessibles disposait Liège; ces surfaces avaient-elles des qualités d'aménagement ou pas ( béton, terre, verdure, pollution, ...) . Y avait-il, dans l'ensemble défini, des espaces verts, privés ou publics ? Comment se répartissaient-ils et donc quels quartiers se révélaient particulièrement pauvres en poumons d'oxygène pour leurs habitants ?
Le Longdoz-Amercoeur apparut alors comme spécialement en manque ! Ce n'était donc pas une impression que nous relayions régulièrement mais bien une réalité scientifiquement démontrée. Certes le parc de la Boverie exprime une magnifique exception à la règle, de même que le parc des Oblats mais chacun se situe en bordure du quartier et chacun présente des difficultés d'accès, bien que pour des raisons différentes, à tous ceux qui habitent le coeur du quartier.
Par ailleurs, depuis de longues années, une friche s'était développée entre la rue des Champs et la rue Lairesse, un terrain vague dont le seul destin semblait d'être un parking sauvage, le réceptable de toutes les incivilités et illégalités entre squat, sacs poubelles et deals en tous genres. La partie donnant sur la rue des champs s'était transformée en immeubles de logement mais cette heureuse initiative n'avait pas connu d'élargissement et les diverses propositions soumises au P.U. n'avait pas rencontré les besoins cette fois dûment listés.

Il fut alors décidé d'appliquer 4 groupes de mesure
- améliorer la qualité des espaces publics existants - càd chez nous, agrandir la petite plaine de jeux Villette et, à l'arrivée du tram, réaménager l'assiette du chemin de fer dont l'utilisation par les TEC sera sûrement repensée.
- créer ouveaux espaces verts - càd chez nous, se pencher sur la friche Palmolive
- créer de nouveaux accès aux espaces verts existants - càd chez nous, faciliter l'e passage (la montée) entre la rue Basse-Wez et la Chartreuse
- améliorer les connexions "modes doux" pour organiser la mise en réseau de ces espaces.

C'est donc dans ce cadre que la friche était observée depuis longtemps et que les investisseurs éventuels étaient triés, jusqu'à ce que l'Echevin Jean-Pierre Hupkens entame les négociations avec le propriétaire, après avoir investigué auprès des notaires sur la valeur du terrain et obtenu un chiffre de l'autorité régionale quant au maximum de l'investissement permis pour la commune.
Pour le propriétaire, c'était nécessairement renoncer à une plus value importante que la construction d'un immeuble à appartements de bonne taille aurait permis de réaliser. Mais notre Echevin est, dixit sa collègue Mme Yerna, un "négociateur hors pair" et donc ils arrivèrent à s'entendre sur un prix inférieur au maxima délimité.

Fin heureuse de l'histoire ? Pas tout-à-fait, pour deux raisons, l'une est qu'il faut un bon gros nerf de la guerre pour la rénovation, même s'il n'est pas question de construction avec fondations etc... et d'autre part, le sol est pollué. Pas dramatiquement, dit la Spaque, mais suffisamment pour qu'on ne puisse simplement envisager de bêcher sur 20cm avant d'y planter arbustes et installer bacs à sable.

On procèdera donc en deux étapes
- un aménagement provisoire d'une partie du terrain pour laquelle notre avis est d'ores et déjà sollicité quant aux besoins les plus urgents;
- ensuite, 3 ou 4 ans maximum, l'aménagement définitif de l'ensemble de la parcelle, après sa dépollution et le finalisation du plan, selon les objectifs fixés.
La Ville nous veut partie prenante, dit-elle, et pour cela met à notre disposition, comme cela fut fait lors de l'élaboration de l'image du quartier, un accompagnement pour structurer la démarche. C'est Murielle Geurts qui sera notre coach ;-)
Evidemment le gros enjeu sera, pour nous Comité de quartier en tout cas, de trouver un mode de travail qui permette la transformation d'une sommes d'intérêts particulier en un projet qui rencontre l'intérêt collectif, une transformation qui devrait éviter le saupoudrage des moyens ou "le chèvre-choutisme" que je dénonce souvent. L'aide d'une personne extérieure nous sera donc très précieuse puisqu'on aura avec nous quelqu'un qui pourra mieux orienter nos regards vers cette perspective collective car moins englué-impliqué dans nos envies et nos rejets.

Des bacs de fleurs ont été posés sur le terrain avec une bâche de présentation du projet.
Le Comité met rapidement sur pied une petite "inauguration provisoire" qui permettra à ses représentants accompagnés de Murielle Geurts et d'une collègue Ville de Liège, de répondre aux questions sur l'aménagement et la procédure suivie, ainsi que de recueillir déjà un petit stock d'attentes et d'avis .
Cela se passera mercredi entre 16h et 19h, à l'entrée rue Lairesse.

Ce projet mérite une page spéciale - la voici

Le cadre bien posé, j'ai toujours envie de m'interroger : oui mais...

Quel espace vert ?

Rien que du vert : bancs, arbres, pelouses et fleurs ?
Du vert et de l'utile-durable-bio : avec une partie en potagers collectifs ?
Du vert et du loisir : avec un petit coin plaine de jeux, tables de ping-pong, tables duo pour joueurs d'échecs ?
Du vert et de la détente partagée: et un café/petite restauration/toilettes, pour le contrôle social et le maintien de la propreté (voire même casiers à cadenas pour que ceux qui jouent puissent y laisser leur mallette ...)
Du vert et de l'ado permis : avec une esthétique lune de béton pour les rollers ?

Ma bi-localisation - ma famille hispano-belge vivant à las Palmas de Gran Canaria - m'a permis de découvrir, dans une ville pourtant financièrement peu dotée, le paradis des espaces publics et de m'y essayer : il y en a de toutes sortes, de toutes destinations, coûteuses ou simplissimes, pour tout public ou rien que sportif (mamans-bébés, seniors, BBQ entre riverains), ouverts ou clôturés, d'usage diurne ou éclairés le soir, entièrement communal ou partagé avec des associations, définitifs et richement équipés ou provisoires (en attendant une construction) mais finement pensés.

Bref, il y a de multiples possibilités et j'aimerais croire qu'il y aura quelque part moyen de communiquer sur le sujet. Car si on manque effectivement cruellement d'espaces verts collectifs, il y a des réalisations qui nous rendront plus ou moins heureux et qui résisteront plus ou moins bien au vandalisme et aux outrages du temps.

Ci-dessous un exemple d'aménagement provisoire à Las Palmas, sur un terrain où d'anciennes maisons ont été abattues et qui attend un investisseur.
Sa localisation, à l'arrière de la plage, lieu fort sensible donc pour le regard des touristes, a amené à réfléchir à une installation provisoire mais qui ne déparait pas le quartier : d'abord le pignon restant a été partiellement repeint (avec les coordos destinées aux éventuels acheteurs) le sol aplani et recouvert de gravier; des tronçons de conduites de béton devinrent des bacs à fleurs tandis que planches et blocs de béton également devinrent des bancs. Enfin des containers plus ou moins profonds ont permis de planter des arbres de belles dimensions déjà . La structure de ces containers (le squelette, sans les côtés) a dessiné des coins repos vers lesquels des dalles, de béton toujours, tracent des chemins. Le tout fut installé en un jour, et c'est dans le même temps que le tout fut retiré lorsque le terrain fut vendu. Rapidité et économie, de moyens mais aussi du matériel, qui permet la réutilisation ailleurs.

Notre ancien président Serge Floëge me rappelle opportunément l'ensemble de la démarche qui a mené à cette décision si positive. Elle s'inscrit dans la suite du grand appel à s'exprimer lancé par "Réinventons Liège" mais aussi dans une réflexion plus ancienne qui a abouti à la reconnaissance du besoin - confirmé par les réponses de l'enquête - que les habitants éprouvent de disposer, près de chez eux, d'espaces verts de qualité.
Un classement a été établi selon l'importance de ce manque compte tenu du nombre d'habitants, de la densité de la population et de l'équipement existant. Conclusion : notre quartier du Longdoz fait partie des 5 plus mal lotis sur le territoire liégeois, comme on le constate dans la carte ci-dessous.

Pour retrouver en détails ce qui est sorti de l'expression des Liégeois et ce que le programme ambitieux de redéploiement d'espaces publics de qualité prévoit (ou espère), voici les liens

http://www.liege.be/telechargements/pdf/actu/dossier-de-presse-reinventonsliege.pdf

http://www.liege.be/nouveautes/peps-programme-de-redeploiement-des-espaces-publics-de-qualité/

Des nouvelles de Nous dans le grand Tout ...
L'évolution des projets urbanistiques
qui concernent (aussi) le Longdoz
Où en est-on avec l'enquête publique sur les cinémas à la Médiacité
et la décision qui devait être prise par le collège communal
.

C'est un gros dossier qu'il est parfois difficile de suivre dans ses méandres et dans son jargon administratif...
Ayant participé aux deux enquêtes successives débutées, j'ai reçu début octobre une lettre d'information qui contenait le texte suivant
"Par la présente, nous vous informons que le dossier pour la prise de connaissance des résultats de l'enquête publique, réalisée du 6 mars au 5 avril 2017, ainsi que la prise de décision sur la modification de voirie et sur la modification du plan d'alignement relatif zu dossier n° 84801 pour la construction d'un complexe cinématographique de 10 salles boulevard Raymond Poincaré 1 à 4020 Liège, n'a pas été présenté au Conseil Communal dans les délais imposés par l'article 15 du décret du 5 février 2014 relatif à la voirie communale. La demande est donc réputée refusée.
Conformément à l'article 18 du Décret relatif à la voirir communale, cette communication ouvre pour vous le droit d'introduire un recours au Gouvernement wallon dans les quinze jours à dater de la prise de connaissance de cette décision. "

En clair cela semblait signifier que, tel qu'il était présenté en tout cas, le dossier des cinémas au Longdoz est refusé. Ou reporté car le promoteur a introduit un recours auprès de la Région Wallonne. La Ville semble jouer la montre, en laissant pourrir le projet, ce qui est assez fréquent à Liège .
En janvier 2018, le projet ressurgit à l'ordre du jour du Conseil Communal du 29 janvier, car il ne suffit pas de ne pas dire oui, il faut clairement dire non et donc expliquer et motiver la décision. Une clarté que la Ville n'aime pas mais qui est obligatoire d'après la RW. Elle devra donc s'y plier tout bientôt.

Et voici qu'en même temps que le printemps m'arrive un autre courrier qui m'annonce que le permis de dérogation à l'alignement a été accordé. Cela ne semble pas signifier que les cinémas sont eux-aussi autorisés mais ...

Enfin un dernier courrier m'arrive à l'été, m'annonçant que le projet est recalé vu que certains points essentiels soulevés dans l'enquête publique n'ont pas rencontré de réponses satisfaisantes

Et fin août, selon les dires du Directeur de la Médiacité, le refus n'est pas définitif et l'abandon du projet de construction des cinémas n'est pas clair. Donc le feuilleton n'en est ni à sa dernière saison ni à son épilogue !

Mais si ce n'est quand même pas des salles, ce sera (ou ce pourrait être) quoi ?

On a vu fleurir dans la presse des chiffres effrayants sur le nombre de logements dont Liège aura besoin dans quelques années: 15.000 logements en plus seraient nécessaires. D'autre part, chaque projet d'importance un peu champêtre - cfr le Ry Ponet, la Chartreuse - soulève une vague de protestation des écolos et autres amateurs de vert.
Puisque les cinémas sont, eux, en sur-offre et qu'il manque des appartements et des maisons, la solution, trop simple sans doute, ne serait-elle pas de terminer l'ensemble d'architecture contemporaine que représentent la Médiacité et la Patinoire par un immeuble d'habitations ? On pourrait imaginer un bel édifice moderne qui clôturerait l'axe Médiacité - Boverie- Belle Liégeoise - Finances.
Evidemment on peut supposer que le promoteur actuel, propriétaire du terrain, ferait payer cher à un éventuel successeur l'échec de son projet...

La Haute Ecole HELMo, dans sa section sociale de l'ESAS, a aménagé les locaux abandonnés par la Bibliothèque, montée au 1er étage, en une crèche qui ouvre ses portes dans quelques jours.
Partie du constat que le papy-boom a occasionné le renouvellement du personnel enseignant parmi lequel de nombreux jeunes parents, que d'autre part, trouver un lieu de garde des petits peut être un parcours du combattant et donc que la création de nouvelles structures est encouragée par les pouvoirs publics, l'école s'est lancée dans l'aventure. Le P'tit Campus sera accessible aux enfants du personnel dès le 3 septembre mais aussi à toute personne qui en fera la demande, dans la mesure des limites de places, bien sûr ! Infos ? https://www.helmo.be/creche.aspx
On bloque déjà dans l'agenda le dimanche 18 novembre à partir de 8h du matin
Comme depuis de nombreuses années, nous vous attendrons pour un très chouette, sympathique, animé, délicieux

Petit Déjeuner OXFAM

Il aura lieu dans le réfectoire du collège Saint Louis
(merci à la Directrice Mme Foccroulle et son équipe ! )

On vous attend nombreux: invitez vos voisins, amis, parents
et venez vous régaler (pain blanc et gris, fromage et charcuterie,
confiture, choco et miel, café, thé, jus de fruits, etc...)
pour une bonne cause !
6 euros, les adultes
3 euros, les enfants

Urbagora, l'ASBL qui depuis 10 ans, fait tout pour que nous , les citoyens basiques, nous sentions concernés et informés par l'urbanisme de notre ville, a créé il y a plus deux ans une revue papier. Fameux défi à l'heure du numérique. Aujourd'hui 4 numéros, costauds, intelligents (un peu trop ?) et interpellants sont sortis.
Le dernier, le numéro 5, vient de sortir: incroyablement copieux et documenté comme d'habitude. Avec donc toujours le même constat: peut-être trop savant et sérieux pour faire un succès de vente. Mais sans conteste indispensable pour plonger dans un dossier que l'on voudrait suivre. Bref on ne peut qu'encourager à les lire ou à tout le moins les consulter http://derivations.be/.
Toutes infos : www.derivations.be et sur leur page Facebook

Mais Urbagora a également publié sur son site, en téléchargement gratuit, plusieurs études, parmi lesquelles fut abordé sous divers angles le partage de l'espace public entre usagers divers
En 2014, un focus sur le Ravel urbain qui borde sur une longue distance notre quartier (du pont Kennedy au bout du Parc de la Boverie) a été réalisé car s'y retrouvent les déplacements à pieds (d'humains seuls ou avec chiens-chiens) et à vélo, ce vélo pouvant aussi bien être le 4 roues de la petite dernière que le vélo de course de 50 pépés neerlandais ou encore, plus redoutable peut-être, le city-bike de jeunes travailleurs sportifs qui, reconnaissent-ils eux-mêmes, peuvent dépasser le 50kms/h. J'ai participé à ce travail en recueillant notamment les témoignages des usagers et les difficultés de cohabitation, assorties de quelques pistes pour un meilleur avenir. On peut tout lire et télécharger en consultant la riche page de sommaire du site urbagora.be

Rappelons qu'il y a un an et demi, un dossier sur notre quartier est également sorti. "Regards sur le quartier du Longdoz" . Résultat de recherches documentaires, marches exploratoires, entretiens multiples et échanges spontanés, il nous donne, à nous les habitués du coin, une vision neuve, pertinente et ... audacieuse ! Il est téléchargeable ici.

Aux membres et sympathisants
Comme chaque année, à l'occasion de son assemblée générale, votre Comité de quartier Longdoz-Boverie rappelle son action et sa disponibilité
pour défendre les intérêts de notre espace urbain.
Pour réaliser tout cela, il a besoin de votre soutien, de votre participation aux activités, de vos idées, de votre présence,
et aussi de votre aide financière, via la cotisation annuelle et selon votre statut.
Les montants en sont
- pour les commerçants et professions libérales 50,00 €
- pour les habitants 10,00 €
- pour les pensionnés 6,00 €
Nous vous remercions de votre contribution sur le compte apl Longdoz-Boverie 4020 Liège
(ING) IBAN: BE86 3400 32816350 BIC BBRUBEBB
Les liens avec d'autres comités de quartier

Chacun a ses thématiques propres mais aussi ses sensibilités et sa manière de les exprimer.
Mais que l'on partage leurs objectifs ou pas, il est intéressant de les découvrir et, éventuellement, d'y réagir. C'est cela la démocratie participative.
Il existe aussi une Coordination consultative des Quartiers (voir liste ci-dessous)

Pour une actualisation régulière des données concernant les Comités de quartier,
rien ne vaut le site de la Ville
http://www.liege.be/quartier/liste-des-comites-de-quartier-de-liege (Merci Christine Bika ;-)
Les liens avec ceux qui aiment Liège et en parlent bien
Liège City : http://www.liegecity.be/pages/index.php
Le site du "poil à gratter liégeois", François Schreuer, http://bulles.agora.eu.org/20081122_urbanisme_liege.html
Site de l'association Urbagora, soucieuse des thématiques urbanistiques à Liège : http://urbagora.be/
Une revue produite par Urbagora , Dérivations, http://derivations.be/
Un journal en ligne pour parler de l'urbanisme à Liège : http://lechainonmanquant.be/
Une page Facebook sympa: http://www.facebook.com/pages/Li%C3%A8ge-en-photos/109313969185985?ref=ts&fref=ts
RTC, la télévision locale très active et bien informée : http://www. rtc.be
La Gazette de Liège, 3 pages quotidiennes sur l'actualité de notre Cité ardente